Projet d’application de technologies pour la décontamination des eaux usées

Publié il y a 3 ans
Par Fulmina Institut
Technology project for the decontamination of wastewater

Technologie pour la décontamination des eaux usée 

Utilisant la polarisation moléculaire nucléaire a neutronique 

Cette technologie dépollue l'eau tout en conservant sa qualité structurale naturelle et vibratoire intrinsèque. Elle applique un champ électro-statique et magnétique de plusieurs millions d'électrons volts à basses fréquences sur les fluides traités ce qui a pour effet de lier ou de délier la chaîne des liaisons moléculaire faisant ainsi disparaître toutes les toxines (naturelles ou chimiques) et toutes les odeurs. 

L'eau dans le monde 

L’eau est un enjeu majeur pour notre survie et pour la survie de notre planète. Les experts honnêtes et leurs rapports en témoignent, notre monde connaît et connaîtra pour la nouvelle génération une crise de l'eau. D’ailleurs. Le directeur général de l’UNESCO dit: « Parmi toutes les crises d'origine sociale ou naturelle auxquelles les humains sont confrontés, la crise de l'eau est au cœur de notre survie et de la survie de notre planète Terre ». 

L'eau sur terre est soit salée, soit gelée en permanence ; la majeure partie de l'eau douce se trouve dans les calottes glaciaires aux pôles Nord et Sud, qui sont aujourd'hui, malheureusement en train de fondre. Quand nous parlons de calottes glacières, nous parlons de la banquise, qui a demandée des milliers d'années à se constituer et qui aujourd'hui disparaît à une rapidité journalière. Certains glaciers ont perdu dès à présent, sur une période de quatre ans, un tiers de leur surface. Ce qui entraîne un changement des courants marins, ainsi qu'un appauvrissement général de l'eau douce. 

Pour vous donner quelques chiffres des institutions internationales, en tenant compte que ces chiffres sont totalement en dessous de la réalité (c'est comme les conséquences radioactives des catastrophes nucléaires) : 

- Il faut 10 litres d'eau pour fabriquer un litre d'essence, 295 000 litres pour fabriquer 910 kilogrammes de papier, 86 300 litres pour raffiner 910 kilogrammes d'acier. 

- Un litre de pétrole peut contaminer jusqu'à 2 millions de litres d'eau et un gramme de BPC (biphényle polychloré : produit chimique manufacturé qui dure de nombreuses années) peut rendre jusqu'à 1 milliard de litres d'eau impropre à la vie aquatique en eau douce. 

- Un gramme de 2,4-D (herbicide d'usage domestique courant) peut contaminer 10 millions de litres d'eau potable. 

- Une goutte d'huile peut rendre impropre à la consommation jusqu'à 25 litres d'eau. 

- 80% des maladies sont dues à l'eau, dans les pays en voie de développement, mais aussi les pays industrialisés, qui malgré leurs stations archaïques d'épuration des eaux, filtrent l'eau mais ne tiennent pas compte de la pollution virologique et vibratoire de celle-ci. 

- L'eau que l'on boit ne représente que 1% de l'eau que l'on consomme. 

- Il y a plusieurs centaines de millions d’habitants atteints des maladies liées à l’eau. 

- Les maladies hydriques, également appelées maladies « de l’eau sale », sont le résultat de la contamination de l’eau par des déchets humains, animaux et chimiques. Ces maladies causent, estime-t-on, 24 millions de morts par an, dont 10 millions à la suite de maladies diarrhéiques. 

- Environ 2 millions de tonnes de déchets sont déversés, chaque jour, dans les fleuves, lacs et rivières. Un litre d’eau usée pollue environ huit litres d’eau douce. Selon des calculs, il y a environ 12 000 km3 d’eau polluée dans le monde, ce qui représente plus que toute l’eau des dix plus grands bassins fluviaux du monde et ce, à n’importe quelle période de l’année. 

- Le volume d'eau disponible sur Terre est de 1,385 milliards de km3 : 97,5% d'eau salée (soit 1,35 milliards de km3) et 2,5% d'eau douce (soit 35 millions de km3). 

- L'eau douce provient : à 68,9% des glaciers et des calottes polaires, à 29,9% des eaux souterraines, à 0,9% des marécages et de l'humidité du sol et à 0,3% des lacs et des rivières. 

- Il y a beaucoup d’endroits où les eaux superficielles et les eaux souterraines sont envahies par des déchets industriels, agricoles et municipaux. Selon la commission mondiale de l’eau pour le XXIe siècle, plus de la moitié des grands fleuves mondiaux sont tellement appauvris et pollués qu’ils mettent en danger la santé humaine et empoisonnent les écosystèmes environnants. Dans beaucoup de grandes villes du monde en développement, l’eau potable est contaminée. La moitié seulement des 550 millions d’habitants de l’Asie du Sud-est ont accès à une eau potable salubre (237 millions). 

Peu importe qui nous sommes, où nous vivons, ce que nous faisons, nous dépendons tous de l’eau. Nous en avons besoin chaque jour, pour de multiples raisons. L’eau est indispensable à notre santé, à notre nourriture, au transport, à l’irrigation et l’industrie. Elle est indispensable aux animaux et aux plantes, aux changements de couleurs et de saisons. Pourtant, malgré l’importance des ressources en eau pour nos vies et notre bien-être, nous leur manquons de plus en plus de respect. Nous en abusons. Nous les gaspillons. Nous les polluons, et oublions à quel point elles sont essentielles à notre survie. 

L'eau est le liquide le plus abondant sur terre, c'est l'élément essentiel de la vie. Elle a été la molécule la plus étudiée et la moins comprise, on n'a toujours pas percé son secret malgré l'ultra spécialisation des techniques expérimentales. Ceci étant dû, à la non acceptation par la science dite “cartésienne”, de ses qualités de mémorisation et ces facultés d'ordonnances moléculaires. 

Explication scientifique de l'eau

Les propriétés physiques sont particulières et uniques : 

• Densité plus élevée pour l'eau liquide que pour la glace. 

• Chaleur spécifique très élevée de l'eau liquide. 

• Passage de l’état d'ébullition à l’état de congélation... 

Les cinq propriétés biologiques font apparaître des qualités d'eau différentes: 

• Eau constituant les cellules;

• Eau hydratant les molécules et les protéines;

• Eau libre;

• Eau liée (la conservation par congélation des vaccins et embryons n'est possible que parce que 20 % de l'eau cellulaire se maintient a l’état liquide);

• Eau de liaison de l'A.D.N. (protéines, acides aminées). 

Dans la théorie contemporaine du big bang, il y a 4 milliards et demi d'années (nous pensons beaucoup plus), la vapeur d'eau surchauffée et le carbone ont donné d'abord CH4-HCN-C02,, puis les chaînes de la vie avec les bactéries, l'A.D.N., les protéines, les lipides... le tout baignant dans la “soupe originelle ”... 

Quand notre corps humain consomme une molécule, il reste le moule constitué par son eau d'hydratation. La forme de la molécule d'eau maintient (par mémoire) une disposition des atomes, permettant à la molécule de se synthétiser à nouveau. C'est la molécule d'eau, qui a le souvenir de la structure, et qui permet la reconstitution et l'association des molécules en amas plus ou moins denses et de durée de vie plus ou moins longue. La spécificité des substances qui s'y trouvent, est également sensible à l’environnement. 

La répartition de l'énergie « vibratoire » entre les différents constituants du « bouillon originel » s'est certainement fait au moyen de l'hydratation spécifique des différents métaux et métalloïdes. La sensibilité des différents composants aux énergies vibratoires reçues, se manifeste dans le milieu aqueux par une structure archétypale et fractale d'organisation et de liaisons, qui est caractéristique pour chaque composant (métaux etc...). Les métaux associés par des chélates transporteurs (molécules organiques pouvant fixer des métaux par des liaisons de coordination) ont, grâce à leur énergie spécifique, dosé la quantité d'énergie nécessaire pour effectuer la synthèse des molécules à forte énergie libre. Exemple : le magnésium connu pour sa grande affinité avec l'eau (6 à 8 molécules d'eau par ion Mg-+) se combinent avec la chlorophylle, et jouent un rôle essentiel dans la synthèse du glucose. 

L'eau est donc le support de la vie, d'où les multiples cultes qui lui ont toujours été voués dans toutes les traditions. 

Structures de l'eau 

II y a deux groupes de modèles structurels : 

- L'eau homogène: où les molécules sont associées par des liaisons hydrogène de longueurs (A), énergies (N) et angles (D) variables. 

- L'eau hétérogène ou discontinue (libre), la décrivant comme un mélange entre plusieurs molécules en équilibre. Une molécule libre peut s'associer avec d'autres molécules par 2, 3, 4 ou 5 dans le même milieu. 

- Des spectrographies au Raman laser (l'effet Raman est sensible aux interactions de faible énergie comme les liaisons hydrogènes (C. Lun, V. Lun, F. Rull et F. Sopron in J.-Md, Structures 81 en 1982, 1-10) auraient montré la coexistence de cinq formes d'eau. 

- Il y aurait au total sept formes d'eau, elles sont très dépendantes de l'environnement au sens large, et sensibles aux impuretés, aux rayons UV qui peuvent dissocier l’eau en H+ et OH- et aux autres fluctuations d'énergie cosmique, courants telluriques, champs magnétiques et électromagnétiques... Il faut remarquer qu'il est pratiquement impossible d'obtenir deux spectres Raman identiques sur de l’eau conservée dans les mêmes conditions, mais analysée à des moments de la journée différentes. 

- L’eau a une mémoire (K. Trincher, Water Res 15/1981, p. 433-448); elle enregistre dans sa structure par l'énergie des liaisons d'hydrogène, sept formes aux proportions géométriques aléatoires. C'est l’histoire enregistrée qu'elle a vécue. 

- L'eau est tellement sensible à la pensée, aux sons ou aux énergies négatives et positives que sa forme cristalline à température de congélation, change de forme géométrique (voir les travaux de du Docteur Masaru Emoto). 

- De même, la « mémoire » de l’eau se manifeste dans des expériences soumises à un champ magnétique, ou dynamisée par un oscillateur vibratoire. 

- Toutes les propriétés dites« anormales » de l'eau se trouvent en liaison avec l'Hydrogène. Chaque molécule d'eau est susceptible de s'associer au maximum à 4 autres molécules d'eau ; en effet la molécule H20 a la structure d'une sphère qui comporte à sa surface 2 pôles+ (les 2 atomes d'hydrogène) et 2 pôles (les électrons célibataires de l'oxygène). 

- Beaucoup plus que l'eau elle-même, c'est la liaison Hydrogène alors qui semble le mystère de la vie, et sa capacité de s’associer à l’Oxygène. 

- La liaison de faible énergie, varie de quelques dixièmes de kilocalories à plusieurs dizaines de kilocalories (échelle de 1 à 100 gammes fréquentielles). Elle est essentielle à toutes les molécules biologiques. 

- C'est par liaison Hydrogène que les paires de bases protéiques sont associées dans l’A.D.N., et la liaison Hydrogène est à l'origine de la structure et de la fonction des protéines. 

- Le Professeur Hopfinger disait, à propos de la liaison Hydrogène, que la seule chose dont on soit sûr, c'est qu'il n'y a aucune régie qui en régisse la géométrie (mémoire fluctuante). 

- La distance d'une liaison Hydrogène de l'eau, varie avec les modifications de l'environnement et est influencée par les autres substances se trouvant dans l’eau. Elle se fait et se défait toutes les pico secondes. 

- L'eau liquide ne peut donc pas être un milieu homogène ! 

- L'eau est composée d'associations différentes qui peuvent être éphémères ou durables suivant sa pureté non pas quantitative mais qualitative, - comme pour nous rappeler que l'existence d'un individu peut être éphémère, mais que la vie est éternelle – ce qui lui confère des états énergétiques différents. Ces modifications structurelles sont d'autant plus importantes qu'elles varient en fonction de la température. Ainsi: 

  • La chaleur spécifique (capacité d'emmagasiner de la chaleur par unité de masse) de l’eau passe par un minimum à 37° C; 
  • Des paliers de résistances et de tension moléculaire sont observés entre 20 et 25° C ; 
  • Le maximum de densité est observé à 4° C. Raison pour laquelle nous traitons notre eau à 3°C pour la remplir d’oxygène. 


L'environnement, dans un sens très large, a une action sur les ions et sur les molécules dissoutes dans l'eau et provoquent des interactions spécifiques, qui influencent des facteurs physiques comme la température, la pression, les radiations... 

Les interactions solvant-solutés entre les molécules d'eau et les molécules dissoutes dans l'eau vont se manifester par des attractions ou des répulsions. Empédocle d'Agrigente [est un philosophe, ingénieur et médecin grec (de Sicile) du Ve siècle av. J.-C.] soutenait que les quatre éléments, se combinaient en proportions différentes, et que ces combinaisons ou séparations avaient lieu sous l'effet d'attractions ou de répulsions spécifiques s'apparentant à “l'amour ou à la haine” ; les interactions d'amour entre les substances dissoutes et l'eau sont des interactions hydrophiles, et les interactions de haine sont des interactions hydrophobes. 

De plus l'influence de ces substances peut être ponctuelle ou avoir un grand rayonnement. Ainsi l'eau s'organise en amas structurels d'attraction sous l'effet d'une substance hydrophile autour des molécules ou avoir un amas structurel de répulsion sous l'effet d'une substance ou d'une énergie hydrophobe.

Les biomolécules sont soit hydrophiles (sucres, acides aminés...) soit hydrophobes (lipides, certains groupements de protéines,alpha-interférons): 

- Les molécules hydrophiles, l'hydratation se fait par les liaisons Hydrogène intermoléculaires (entre l’eau et le soluté) donnant une structure de courte distance, de façon à épouser la forme en se rapprochant, et en s'éloignant lorsqu'il y a des groupements hydrophobes dans la molécule donnant une structure à longue distance. L’eau directement associée au produit hydrophile est dite «eau liée » et celle située à une certaine distance du produit, et qui n'est pas impliquée dans les liaisons Hydrogènes intermoléculaires est dite « eau libre ». L’eau liée ne congèle pas aux mêmes températures (conservation des cellules vivantes) elle a une importance primordiale dans la protection de la vie, (Pr Duclaux, Physique colloïdale et biologie, C.N.A.M., Herman Ed. 1942). 

- La molécule qui est hydrophobe repousse très fortement l'eau. Celle-ci s'organise en s'associant par les liaisons Hydrogènes de structures courtes, donc fortes, mais à une distance de la substance hydrophobe, et va constituer une forme autour d'elle. 

- Autour des bio-polymères, l'eau s'organise suivant l'attraction ou la répulsion des groupements d'atomes de ces molécules; elle les habille comme un «chandail moulant» et ne les quitte plus. 

- II suffit parfois de retirer une seule molécule d'eau pour que la macromolécule biologique change complètement de conformation et sa structure s'écroule. L'eau est sensible à la modification de son environnement énergétique et climatique: le spectre Raman-laser d'une eau d'orage ou d'une eau ayant subi un rayonnement comme celui de la pleine lune au printemps ou en automne (quand celle-ci est la plus forte), on obtient alors de l'eau dissociée (H+ et OH-) d'un Ph plus acide que la normale. 

- En parlant d'énergie vibratoire (E.V.) de l'eau et de la cellule, certains savants ont indiqué grâce à leurs recherches l'importance de l'osmose intra extra cellulaire dans la vie des cellules. Ils ont démontré que la vie résultait d'un équilibre entre ondes émises et ondes reçues. 

- Les supports vibratoires (S.V.) sont les constituants de la cellule en particulier de l’A.D.N. Le médiateur dans la réception et l’émission des E.V. n’est autre que l’eau qui épouse la forme du récepteur vibratoire, et change de structure toutes les fois qu'il y a changement d'E.V. Dans le couple E.V/S.V. dont parlent certains savants, l’eau est représentée par cette barre qui sépare l’énergie vibratoire, du support vibratoire. 

- Le cerveau, est constitué par plus de 3/4 d'eau, nous avons une réponse de type informatique, dans laquelle nous n'avons pas un système binaire (0.1/1.0), mais un système à 7 états de structure holographique septénaire ou homme septuple basé sur les 7 formes de l’eau, et leurs combinaisons en quantité et en force de liaisons qualité. 

- Lorsqu'on absorbe une substance fortement hydrophobe comme une drogue (neuroleptique, psychotrope...), ou que l'on plonge dans le sommeil profond, le cerveau travaille en circuit fermé, il construit des programmes puisés «dans la mémoire de l’eau», ou des programmes nouveaux résultant de la présence des substances hydrophobe. Les mécanismes mettant en jeu les structures de l’eau relevant des réactions biologiques, du domaine du psychisme où des rêves pourraient être appelés liaison biologique, liaison psychologique et liaison spirituelle... 

Technologie de décontamination de l’eau 

Le Réacteur a-neutronique à Induction Tribo-Électrique pour le Traitement des Fluides 

Le réacteur à induction tribo-électrique est une technologie novatrice conçue pour la réorganisation des particules subatomiques d’un liquide. Une de ses caractéristiques est de démultiplier un courant d’induction par un facteur qui dépend essentiellement du type de liquide traité. Dans le cas de l’eau, utilisant 1⁄4 de watt d’énergie, il transforme ce courant en un champ d’induction de 52 Mev (million d’électrons-volts). 

Cette caractéristique du réacteur permet entre autre, soit d’établir une grande force de répulsion électromagnétique comme dans le cas du traitement des eaux usées, ou une fixation des molécules d’oxygène micronisées, qui s’intègrent aux liaisons d’Hydrogène à l’intérieur des molécules d’eau, dans le cas de la fabrication d’eau oxygénée. 

Quelques exemples d’application de cette technologie: 

  1. Stations d’épuration des eaux 

  2. Désalinisation de l’eau de mer 

  3. Régénération des rivières et des lacs

  4. Régénération des nappes phréatiques

  5. Régénération des océans 

  6. Oxygénation de l’eau par intégration moléculaire 

  7. Régénération de l’eau pour l’agriculture 

  8. Fabrication d’un ciment plus résistant et flexible 

  9. Application en médecine humaine 

  10. Application en médecine vétérinaire et élevage 

  11. Application en pisciculture 

  12. Application en athlétisme pour la santé des athlètes (course, bicycle, tennis etc.)

  13. Augmentation de la durée de vie des membranes 


Cet appareil a été reconnu pour sa qualité d’invention. Nous avons obtenu deux Brevets Maîtres; ils ont été reconnus par le Patent Corporation Treaty (PCT), au European Patent (EP), et au United States Patent (USA). Ces trois niveaux de reconnaissance touchent l’ensemble de tous les pays. Ils ont confirmé le caractère unique de cette invention. Ces brevets maîtres nous donnent le droit de breveter des centaines d’applications liées à ce même Brevet Maître. Ces différents brevets d’application et ont un rôle dans tous les secteurs de la société. 

Nature du brevet versus la loi de William Henry (1774–1836) 

Le défi qui nous est présenté était de vaincre les lois de la physique qui nous indiquaient que certains murs étaient infranchissables. Comment pouvions-nous redonner à l’eau de notre planète, ses qualités si importantes de support à la vie. Comment ramener à l’eau son contenu en oxygène pour demeurer un support de vie. 

Le physicien et chimiste anglais de Manchester avait énoncé la loi suivante au début du 19ième siècle, et cette loi a dirigée l’esprit et la pensée de tous les physiciens depuis ce temps : 

A température et à saturation constante, la concentration d’un gaz dissous dans un liquide (C) est proportionnelle à la pression partielle (P) exercée par le gaz sur le liquide. C = HP 

Exemple : la dissolution d’un gaz d’oxygène dans une eau très pure, c’est à-dire, en l’absence totale de minéraux, et à la température de 0 degré Celsius et avec une pression d’une atmosphère, nous retrouvons un maximum de 14,6 parties par million d’oxygène dans l’eau. 

Cette loi s’applique à toutes les dissolutions de gaz dans les fluides mais avec des résultats complètement différents dépendant de la nature du gaz employé et du fluide impliqué dans la dissolution. Or nous avons démontré par notre brevet que nous parvenions à intégrer plus de 120 particules d’oxygène par million. 

Phénomène exceptionnel de la réduction de la surface de tension des électrons 

Lorsque nous augmentons considérablement la quantité de liens moléculaires à l’intérieur d’un fluide, nous observons un phénomène très intéressant; celui de la réduction de la surface de tension des électrons dans le nouveau fluide. 

En abaissant la surface de tension, nous observons généralement les phénomènes suivants : 

  1. Une augmentation du pouvoir de pénétration des solvants. 
  2. Un abaissement du frottement ionique – conséquences énormes dans la fabrication des semi-conducteurs où l’on augmente la mobilité ionique.
  3. Une augmentation du potentiel de fluidité.
  4. Une accélération du pouvoir de précipitation. 
  5. Une réduction du pouvoir d’évaporation. 
  6. Une augmentation de la longévité membranaire. 
  7. Une augmentation du débit de filtration par unité de surface de la membrane. 
  8. Une augmentation du débit de séparation membranaire par unité de surface. 
  9. Une augmentation du processus de réaction de la suppression des odeurs. 
  10. Une diminution de la DO (demande en oxygène) des micro-organismes bactériens. 


Le phénomène central observable de par la nature du brevet est que la tension de surface du fluide est abaissée radicalement à un niveau très bas. En pharmaceutique, on peut utiliser cette application dans l’intégration et l’absorption de médicaments pour en réduire les doses toxiques tout en augmentant leur efficacité, en agriculture (voir illustration d’une racine d’un plan de tomates), la réduction de fertilisants, l’augmentation de nutriments et dans l’industrie la réduction de produits chimiques rendue possible par le nouveau pouvoir de pénétration du fluide. 

Problématique de l’intégration d’une molécule d’oxygène 

Figure 1. Deux molécules d'eau se font face. Les deux molécules encerclées sont maintenues stables et permanentes par la force nucléaire forte. Si nous introduisons deux molécules d’oxygène entre les molécules d’hydrogène se faisant face, alors nous avons convaincu les molécules d'hydrogène disponibles d’intégrer les deux molécules d’oxygène, par un lien atomique stable mais non permanent, tout en maintenant le lien fort d’origine. C’est le rôle de la force nucléaire faible de créer ce lien additionnel. Nous sommes toujours en présence d’une molécule de H2O 


Figure 2. Racine d'un plan de tomates nourrie à l'eau oxygénée, extrait de Technologies de Guy Montpetit, version anglaise. La réduction de la surface de tension provoque une croissance qui permet à la plante d’atteindre 18 pieds (6 mètres) de hauteur et de produire des centaines de kilos de tomates. La durée totale de production s’étend sur une période de seulement deux mois. 


Illustration d’un réacteur : 

Figure 3. Installation d’un réacteur tribo-électrique. Nous distinguons le réacteur, en haut, un tube horizontal en acier inox, avec un tube d’entrée vertical à droite et de sortie à gauche; la pompe de 5 c.v. tire l’eau à 3°C de l’unité réfrigérante en Figure 5 et la fait circuler dans les microniseurs branchés à l’oxygène, avant de la conduire vers le mélangeur d’entrée. L’ali-mentaion fournit une énergie de 1⁄4 de watt. L’eau retourne avec un contenu de 43.88 ppm. 


Figure 4. Diagramme de l'Oxygénateur Tribo-Électrique 


Figure 5. Unité réfrigérante 



Pour intégrer l’oxygène dans l’eau il nous faut amener l’eau à une température de 3°C 


Figure 6. Oxymètre : Appareil mesurant la quantité d’oxygène contenue et fixée dans l’eau traitée. L’oxygène ne s’évaporera pas de l’eau, à température constante. Après un passage dans le réacteur, le contenu en oxygène peut passer de 4 ppm d’oxygène à 43.88 ppm, jusqu’à 120 ppm dans certaines conditions. 


Figure 7. Construction interne du réacteur 


Figure 8. Autres parties internes du réacteur 

Figure 9. Réacteur 

Principe de fonctionnement du réacteur 

En 2012 au CERN Peter Higgs et quelques autres astrophysiciens annonçaient la découverte d’une particule sub-atomique qu’ils ont nommée boson. En 2013, en compagnie de M. François Englert, ils recevaient le prix Nobel de Physique pour leur découverte, qui indiquaient clairement que cette particule avait la propriété de déclencher la force nucléaire faible, qui a essentiellement pour effet de convaincre les atomes seuls de s’associer à d’autres atomes d’une polarité complémentaire (un atome positif est attiré par un négatif); cette liaison les lie à une masse nucléaire à laquelle ils participent, même si ce nouveau lien qui est stable n’est pas encore permanent. 

Notre réacteur est un principe de polarisation nucléaire. Pour ce faire il doit utiliser la force transportée par la particule sub-atomique le boson, pour déclencher la force nucléaire faible pour créer des agglomérations d’atomes de même polarité et crée – selon l’application – un vortex de fonctions cycloniques d’attraction ou de répulsion de ces différentes molécules toutes composées d’atomes. 

Revenant à la problématique d’intégration (p. 15), une molécule H20 est stable et demeure toujours une molécule d’eau tant et aussi longtemps qu’une force majeure ne vienne briser le lien moléculaire. Comme dans le cas où on fait bouillir de l’eau. Si, dans un milieu rempli de molécules d’eau, je libère des quantités de molécules d’oxygène, aucune de ces molécules ne s’attache à aucune autre, le mélange devient laiteux et au bout de quelques minutes, l’oxygène se dissipe dans l’atmosphère et l’eau retrouve sa qualité et sa limpidité première. 

Le réacteur a de multiples fonctions. D’une part dans le cas du nettoyage et de la décontamination des eaux polluées et usées, nous changeons la polarité de l’alimentation électrique du réacteur, ce qui a pour effet de changer la force d’attraction en force de répulsion des molécules ; le résultat est de briser les liens qui forment l’amalgame entre l’eau agissant comme solvant, et les diverses molécules qui sont devenues des molécules toxiques et malodorantes. 

Une fois ces liens d’attirance brisés, nous éliminons les toxines et leurs odeurs, et nous nous retrouvons avec un précipité de différentes molécules sans effets négatifs pour l’environnement. Les molécules toxiques ayant eu leurs liens atomiques brisés, perdent leur toxicité et les effets associés. 

Une autre fonction du réacteur est de réunir des particules pour en fixer leurs liens moléculaires afin d’obtenir un amalgame déterminé. Par exemple, pour retrouver les qualités naturelles et intrinsèques de l’eau : la VIE, nous avons besoin d’intégrer par micronisation une quantité significative de molécules d’oxygène qui vont se lier à chaque lien d’hydrogène disponible pour former une nouvelle molécule d’eau (H O H), qui va se lier avec 7 molécules d’oxygène. 

Dans les applications agricoles, Figure 2, en page 16, l’oxygène est nécessaire comme ingrédient de réduction des surfaces de tension qui a pour effet d’augmenter considérablement le niveau de production et dans d’autres types de cultures, il peut être utile d’ajouter une ou plusieurs qualité(s) nutritive(s) complémentaire(s), tel sels minéraux, ou azote organique. 

Une application très souhaitée : la désalinisation de l’eau de mer 

Ce qui est assez remarquable dans cette technologie est qu’elle répond à des questions de base et peut être appliquée à de multiples besoins. 

C’est le cas du besoin grandissant d’eau potable pour les grandes villes et les régions plus ou moins désertique du globe. 

Dans plusieurs grandes villes les aquifères ont presque complètent été asséchés et les grandes métropoles, sont maintenant obligées de puiser et transporter l’eau sur des centaines de kilomètres à des coûts exorbitants. Cette situation provoque le risque d’assèchement des nappes phréatiques fossiles essentielles pour fournir l’agriculture et les besoins en eau potable. 

Le réacteur tribo-électrique utilise une technologie novatrice nous permettant de produire 8 m3 d’eau à l’heure (132 litres minute) et ne consomme que 15 watts/heure. 

Il utilise une technologie brevetée par nous, mais qui au départ a été pressentie par monsieur Nicolas Tesla, la tribo-électricité, celle produite par la friction. Lorsque deux nuages se rencontrent, leur friction génère une différence de potentiel telle !!!... que le sol en contact avec la charge d’électrons accumulés dans les nuages, est suffisante pour déclencher l’attraction d’électrons formant un arc de couleur bleu blanc, connue par tous comme l’ÉCLAIR. La quantité d’énergie générée par un éclair, se mesure entre 20 et 80 giga watts, soit l’équivalent de 20 à 80 centrales nucléaires. 

Dans la désalinisation de l’eau de mer, nous utilisons le réacteur pour créer cette force de répulsion qui brise les molécules et sépare le sel de ses liens moléculaires. Le coût de la désalinisation s’en trouve considérablement réduit, voire insignifiant par rapport aux technologies d’osmose inversée très populaires ; de plus elle procure de par son mode d’extraction un sel débarrassé de ses particules polluées, et une eau vivante et pure ne provoquant aucun effet iatrogène (effet secondaire indésirable). L’eau de mer contient plusieurs sels (voir Annexe 1) en très petite quantité que seule cette technologie nucléaire peut facilement détecter. Aucune molécule, si petite soit-elle, ne peut se soustraire à l’action de cette technologie qui travaille au niveau moléculaire. 

Nous avons été bien inspirés de ne pas utiliser l’électricité industrielle pour créer le champ d’induction de 52 Mev (52 millions d’électrons volts) nécessaire à déclencher l’action des bosons qui génèrent l’énergie nécessaire afin que la force nucléaire faible a-neutronique, puisse, délier les liens moléculaires. 

Construction interne du Réacteur 

Nous avons inclus, dans les Figure 7 et Figure 8 en page 21, le concept de la construction des pièces de ce réacteur qui produisent le vortex nécessaire à la friction génératrice créant la différence de potentiel qui déclenche l’arc électrique essentiel de 52 Mev (millions d’électrons volts). Le champ d’induction électro-magnétique qui enveloppe toute la colonne d’eau dans le réacteur, soumet cette colonne à l’action du « Boson Higgs », capable de déclencher la « force nucléaire faible » nécessaire soit à la liaison des 6 molécules d’oxygènes attirées par les deux molécules d’Hydrogène de la molécule initiale d’eau, ou à la force de répulsion pour briser les liens moléculaires. 

Une fois la réserve d’eau traitée par le réacteur, dans le cas de la régénération de l’oxygène de l’eau, celle-ci contient désormais des quantités d’oxygène beaucoup plus grande qu’elle ne possédait au départ. Cet oxygène est fixé et elle ne peut se libérer qu’une fois absorbé par le corps. 

Voici la courbe de libération de la molécule d’oxygène avec l’augmentation de la température. Nous utilisons le niveau supérieur de contenu en oxygène à 120 ppm en prenant comme exemple le contenu moyen en oxygène du sang humain: 

Taux d'oxygène maximal mesuré et corrigé selon la température 

Température Celsius 

Budget approximatif pour la fabrication des réacteurs nécessaires pour la dépollution des quelque 190 grands fleuves du monde est de : ----------- dollars. Le travail peut s’accomplir à l’intérieur d’une période de sept années. 

Ce budget et ce matériel sera aussi utilisé pour la dépollution des lacs et des océans. 

Pour les stations d’épuration, le budget est proportionnel à la taille de la ville et de sa population, et en conséquence, du volume quotidien d’eau usée à traiter.

En Conclusion : Le problème à résoudre : 

Les problèmes environnementaux de notre planète sont indéniablement augmentés, sinon directement liés, à notre EAU chargée en quantitatif et en qualitatif toxique, apportant depuis plusieurs années des problèmes de codifications pathogènes sur notre environnement et sur les différents supports biologiques (humains, végétaux). 

La Terre ne peut plus depuis, déjà des décennies, traiter correctement toutes les toxines que nous rejetons et qui polluent l’eau de nos rivières, de nos fleuves, de nos océans,...Les plus éminents spécialistes le constatent. Dans différents endroits du monde la vie même disparaît (rupture de l’écosystème) ! Par contre, une nouvelle forme de vie destructrice y prolifère : celle des virus. 

L’eau c’est la vie. Afin que la race humaine survive il est indispensable de garder un eau quantitative et qualitative vivante et génératrice de vie. Au problème du traitement des eaux usées chargées d’impureté, de bactéries, de virus, de nitrates, il existe certes des solutions. 

Mais les traitements sont inadaptés car : l’apport en Chlore, l’addition de bactéries et de polymères ne font qu’ajouter de nouvelles informations a l’eau, ce qui ne lui redonne pas ces propriétés vivantes intrinsèques d’équilibres et de régénération de la vie. 

Il est urgent aujourd’hui de nettoyer l’eau de ses toxines physiques et virales mais également de maintenir le patrimoine planétaire. 

Il nous faut donc traiter l’eau pour qu’elle soit pure et saine à la consommation, mais également la conserver vivante ! Une eau vivante est une eau dans laquelle la vie évolutive se développe en équilibre. 

Équipe Fondation Fulmina. 

Annexe 1. Principaux sels dissous pour une eau de mer de salinité 35 g/L5 

Anions

g/kg

mol/kg

Chlorure (Cl−)

19,3524

0,54586

Sulfate (SO42−)

2,7123

0,02824 

Hydrogénocarbonate (HCO3−)

0,1080

0,001770

Bromure (Br−)

0,0673

0,000842 

Carbonate (CO32−)

0,0156

0,000260

Fluorure (F−)

0,0013

6,84E-5

Hydroxyde (HO−)

0,0002

1,2E-5 

Cations 

g/kg

mol/kg

Ion sodium (Na+)

10,7837

0,46907

Ion magnésium (Mg2+)

1,2837

0,05282

Ion calcium (Ca2+)

0,4121

0,01028

Ion potassium (K+)

0,3991

0,01021

Ion strontium (Sr2+)

0,0079

9,02E-5

Ion lithium (Li+)

1,73E-4

2,49E-5 

Ion rubidium (Rb+)

1,20E-4

1,404E-6 

Ion baryum (Ba2+)

2,0E-5

1,46E-7

Ions polyatomiques dont molybdène

1,0E-5 

1,04E-7

Ions polyatomiques dont uranium 

3,3E-6 

1,39E-8

Ions polyatomiques dont vanadium

1,9E-6 

3,73E-8

Ion fer (Fe2+;Fe3+) 

1,3E-6

2,33E-8

Ions polyatomiques dont titane

1,0E-6 

2,09E-8

Ion aluminium (Al3+)

1,0E-6

3,71E-8

Other Molecules

g/kg

mol/kg

Eau (H2O) 

965

53,57 

Acide borique (B(OH)3)

0,0198

0,000320

Tetrahydroxyborate (B(OH)4−)

0,0079

0,000100

Dioxyde de carbone* 

4,0E-4

9,09E-6 

Composition de l'eau de mer 

Pourcentage en masse des principaux éléments 


Element 

Masse

Element 

Masse

Oxygène (O)

85,84

Soufre (S) 

0,0905 

Hydrogène (H)

10,82

Calcium (Ca)

0,041

Chlore (Cl)

1,935

Potassium (K)

0,040 

Sodium (Na)

1,078

Brome (Br)

0,0067 

Magnésium (Mg)

0,1284

Carbone (C)

0,00245 


Copyright Fulmina Foundation

Powered by Froala Editor